Prise de décisions - Respecter les limites

deaAsia_Lanitra_computer_001_MR
 
Prise de décision

Votre petit mentoré et vous aurez à prendre plusieurs décisions et ferez face à des défis. Vous trouverez ici des conseils sur la façon de prendre des décisions éthiques pour le bien de l’enfant dans diverses situations de mentorat

   

Dans le contexte des Grands Frères Grandes Sœurs, les limites peuvent être définies comme étant des directives qui aident au développement de relations de mentorat qui soient respectueuses et sécuritaires. Les limites font références à plusieurs aspects : physiques, émotionnelles et sociales. Elles sont vitales pour assurer des jumelages sains, respectueux et axés sur l’enfant..

Prise de décisions – mises en situation

Cinquième mise en situation : Votre Petite Sœur ou Petit Frère et vous êtes jumelés depuis deux ans et êtes devenu(e)s très proches. Puisque vous êtes une personne affectueuse, vous avez parfois envie de lui faire une accolade à la fin de vos rencontres, mais vous vous demandez si cela est approprié. Que devriez-vous prendre en considération? Quelles sont les autres façons de lui témoigner votre affection ?

En ce qui concerne les contacts physiques avec votre Petite Sœur ou Petit Frère, comme les accolades, considérez ceci :

  • Les agences et les programmes ont des directives et restrictions concernant les contacts physiques. Demandez à un membre de l’équipe de votre programme.
  • Les enfants et les adolescents, tout comme nous, ne sont pas tous à l’aise avec les contacts physiques. Il est généralement préférable de les laisser déterminer ce avec quoi ils se sentent à l’aise.
  • Un contact physique avec votre Petite Sœur ou Petit Frère pourrait être mal interprété par les autres ou par elle ou lui. Fiez-vous à votre jugement et, en cas de doute, privilégiez la prudence.

Il y a plusieurs autres façons de démontrer votre affection à votre Petite Sœur ou Petit Frère :

    • Lui dire à quel point vous appréciez passer du temps en sa compagnie.
    • Organiser une sortie spéciale avec elle ou lui.
    • Lui offrir une carte ou un CD de sa musique préférée.
    • Lui frapper dans la main lorsqu’elle ou qu’il a accompli quelque chose.
    • De petits gestes comme ceux-ci le ou la fera sentir important(e)!

Sixième mise en situation : Voici une autre mise en situation relative à l’embauche d’un adolescent puisque cela arrive, particulièrement dans les petites communautés. Vous êtes gérant d’une boutique de vêtements et cherchez des étudiants à embaucher pour l’été. Vous savez que votre Petit Frère ou Petite Sœur ado serait un(e) candidat(e) idéal(e), et vous savez qu’il ou qu’elle cherche un emploi d’été. Quelles peuvent être les conséquences si vous décidez de l’embaucher? Quelles sont les autres façons de l’aider ?

Avant de penser à embaucher votre Petit Frère ou Petite Sœur, considérez ceci :
  • Le rôle d’un mentor est d’être un ami et modèle, non pas un patron
  • Embaucher votre Petit Frère ou Petite Sœur pourrait avoir des conséquences sur votre amitié, en particulier si les choses ne se déroulent pas bien.
  • Embaucher votre Petit Frère ou Petite Sœur peut s’avérer à l‘encontre des directives de l’agence.
Il y a d’autres façons d’aider votre Petit Frère ou Petite Sœur à se trouver un emploi d’été :
    • L’aider à rédiger ou améliorer son CV.
    • L’aider dans sa recherche d’emploi.
    • Le ou la référer à des personnes qui cherchent des employés.
    • Amenez-le ou la à des magasins afin d’y déposer des formulaires d’embauche.
    • L’aider à se préparer à des entretiens d’embauche.
    • L’encourager et lui offrir des conseils au cours du processus.

Scenario 7: You frequently find yourself talking to your Little Brother or Little Sister’s parent or guardian about personal issues such as his or her divorce, job, or financial situation. You feel that you need to help because if you don’t, nobody else will.

Si vous êtes dans cette situation, sachez que :
    • Votre rôle en tant que mentor ne fait pas de vous un spécialiste en thérapie.
    • Votre responsabilité première est envers votre Petit Frère ou Petite Sœur. Passer trop de temps avec le parent pourrait rendre votre Petit Frère ou Petite Sœur mal à l’aise, ou lui laisser croire que vous n’êtes pas là pour lui ou elle.
    • Gérer les problèmes du parent et être dans une relation de mentorat pourrait vous accabler, diminuant ainsi votre niveau de satisfaction dans le jumelage.

Il existe des alternatives plutôt que d’être le confident du parent :

    • Parler au parent, lui exprimer que bien que vous soyez sensible à sa situation, vous voulez vous assurer de vouer votre temps à l’enfant.
    • Demander les conseils de votre personne-ressource au sein du programme.
    • Encourager le parent à contacter l’agence et à parler à la personne ressource du programme. L’agence peut fournir des références ou les aider à trouver des services. La personne-ressource peut aussi rappeler au parent son rôle dans le jumelage, ainsi que le rôle et les responsabilités du mentor

Dans une telle situation, il est de plus, tout particulièrement important, de rappeler à votre Petit Frère ou Petite Sœur que vous êtes là pour lui ou pour elle d’abord et avant tout.

Éléments importants à retenir


  • Optez pour la prudence en ce qui concerne les contacts physiques. Soyez créatif et trouvez d’autres façons de démontrer à votre Petite Sœur ou Petit Frère votre affection, et laissez-lui décider ce avec quoi il ou elle est à l’aise.
  • Évitez de jouer des rôles qui dépassent les limites du mentorat. Vous êtes sans doute bien intentionné, toutefois de jouer d’autres rôles comme patron, entraîneur ou tuteur peut vous distraire de votre rôle premier : celui d’être un ami et un modèle.
  • Il est important d’imposer des limites avec les parents ou gardiens également. Bien qu’avoir une bonne relation avec le parent ou gardien de votre Petite Sœur ou Petit Frère peut aider le jumelage, devenir le confident ou conseiller du parent ou du gardien peut faire en sorte que votre Petite Sœur ou Petit Frère se sente mal à l’aise ou même irrité(e).