AccueilCentre d’apprentissageRessources pour les mentors - L’intimidationDe quelle façon vous pouvez soutenir votre Petit Frère ou votre Petite Sœur

De quelle façon vous pouvez soutenir votre Petit Frère ou votre Petite Sœur

 Andrew_Shawn_baseball_006_MR
 
Intimidation

Voici un problème de relation qui nécessite des solutions en ce sens. L’intimidation est un type d’abus qui peut prendre différentes formes à différents âges. Vous trouverez dans cette section des liens et des renseignements pratiques à ce sujet.

   
Que votre Petit et vous soyez jumelés dans un programme de mentorat individuel, dans la communauté, sur le terrain, à l’école ou en groupe, les occasions seront nombreuses de démontrer par l’exemple et d’encourager les relations saines. Votre approche et attitude positive forgera la résilience chez votre Petit. Vous les aiderez à faire face aux défis et viendrez soutenir leur développement positif.

  • Rassurez et soutenez votre Petit s’il est une cible d’intimidateurs. Assurez-vous de lui laisser savoir que vous le croyez et dites-lui comment vous allez l’aider. Vos pouvez aussi vous entretenir avec le personnel du programme et leur demander des stratégies.
  • Encouragez-le à dénoncer l’intimidation. Rappelez-lui qu’en dénonçant l’intimidation, il aide quelqu’un (ou lui-même), et ne cause pas d’ennuis.
  • Découragez l’intimidation pour permettre l’adoption de comportements sains. Il est important de transmettre le message que l’intimidation est inacceptable, mais aussi d’offrir un soutien lorsque des incidents se produisent. Par exemple, si vous êtes témoin que votre Petit intimide un pair, vous pourriez reporter une activité que vous aviez prévu de faire avec lui pour prendre le temps de parler de son comportement et de lui donner l’occasion de s’exprimer.
  • Favorisez les relations positives avec les pairs. Si vous prenez part à un programme de groupe ou à l’école, vous avez l’occasion de soutenir votre Petit en impliquant des pairs dans des activités et interactions.
  • Soulignez les forces de votre Petit. De nombreux enfants qui sont victimes d’intimidation ont une faible estime d’eux-mêmes. Si l’occasion se présente, soulignez le talent ou les habiletés de votre Petit devant d’autres enfants. Si votre Petit intimide les autres, offrez-lui des occasions d’utiliser leur aptitude en leadership à bon escient, comme en apprenant à d’autres un nouveau sport ou une nouvelle habileté.
  • Louangez votre Petit lorsqu’il adopte un comportement respectueux et coopératif.
  • Ayez recours aux jeux de rôle pour bâtir la confiance. Les enfants qui sont victimes d’intimidation ont souvent de la difficulté à se défendre. Pour les enfants en plus bas âge, avoir recours à un exercice de jeu de rôle dans lequel vous jouez le rôle d’un enfant qui intimide peut les aider à avoir plus confiance et à s’affirmer davantage.
  • Montrez par l’exemple. Les enfants observent les comportements des adultes de près. Si vous agissez toujours avec respect et utilisez des stratégies de résolution de conflits positives, il est probable que votre Petit en fera autant. À l’inverse, si vous critiquez, et que vos interactions sont abaissantes ou agressives, cela pourrait inciter votre Petit à adopter de tels comportements négatifs. Lorsque vous démontrez un comportement positif, assurez-vous d’inclure votre Petit. S’il participe à l’imposition de limites, il sera plus enclin à les respecter. Vous pouvez décider ensemble des comportements qui sont acceptables ou non, que ce soit en groupe et entre deux individus.
  • Fiez-vous à votre instinct. Si vous croyez qu’un enfant est victime d’intimidation, c’est sans doute le cas. Les enfants vont souvent nier être victimes d’intimidation parce qu’ils ont honte ou peur.
  • Si vous pensez que votre Petit subit de l’intimidation à la maison, ou s’il a exprimé des inquiétudes, soyez là pour l’écouter et l’aider. Bien que les mentors bénévoles ne soient pas en mesure de contrer l’intimidation en milieu familial, et qu’on ne s’attend pas à ce qu’il le fasse, vous pouvez quand même apporter votre soutien à votre Petit Frères ou Petit Sœur. Remerciez-le ou la d’avoir eu le courage d’en parler, et dites-lui que c’est son droit de se sentir en sécurité. Demandez délicatement suffisamment de détails sur la situation pour savoir comment agir adéquatement (vous pourriez, par exemple, en parler au personnel de programme). Dans certains cas, les comportements peuvent être de nature abusive et la situation doit être signalée à l’agence de la protection de la jeunesse de votre province.