Mentorat de jeunes continué (6b) - Les défis de transition

Modèles de mentorat importants pour les jeunes quittant la prise en charge


Le mentorat de groupe :dis m'en plus




Le mentorat par des pairs :dis m'en plus

Un modèle de programme peut appliquer plusieurs styles de mentorat qui se complètent. Les mentors individuels peuvent servir de soutien à un plus vaste éventail de services ciblés.
Les jeunes qui quittent la prise en charge et transitent vers un mode de vie indépendant et vers l’âge adulte ont besoin d’un soutien plus tangible et de services conçus pour parler de choses pratiques, comme la vie autonome et les études supérieures.

Suivre des formations et des ateliers sur différents sujets peut améliorer tous les modèles de mentorat. Ces formations et ateliers peuvent traiter des demander des aides financières, de la recherche et du choix des écoles, de la recherche d’un emploi, de la marche à suivre pour obtenir un certificat de naissance, etc.

Les défis de transition :

Un nombre croissant d’adolescents plus âgés quittent la prise en charge et passent directement de leur foyer d’accueil à une vie autonome. Sans le soutien de la prise en charge et sans ressource ou soutien financier autre que leur famille ou leurs pairs, ces jeunes réintègrent souvent le même environnement à haut risque duquel ils sont issus.

Lorsqu’on adapte les services de mentorat aux besoins spécifiques des jeunes pris en charge par les services de protection de l’enfance, il est important de garder à l’esprit que la relation est au cœur du mentorat et qu’elle est le catalyseur du développement et du changement chez les jeunes. De plus, il est essentiel de reconnaître que les besoins de ces jeunes changent grandement au fil du temps et des événements de la vie. Les besoins en mentorat d’un jeune enfant pris en charge seront foncièrement différents de ceux d’un jeune qui quittera bientôt la prise en charge. À différents âges et à différentes étapes, ces jeunes ont besoin d’un soutien très différent. De même, les jeunes intègrent les services de protection de l’enfance pour de nombreuses raisons différentes. Certains ont subi de graves abus et traumatismes, contrairement à d’autres. Les programmes qui desservent les jeunes ayant vécu des violences extrêmes nécessiteront un soutien de mentorat différent. De même, différents types de mentorat (par exemple, le mentorat par un adulte, par un pair ou en groupe) peuvent être utilisés avec les mêmes jeunes à divers moments, à mesure que leurs besoins évoluent.

De plus, les programmes de mentorat doivent être mieux adaptés aux besoins de tous les jeunes bénéficiaires de services de protection de l’enfance, y compris les jeunes LGBTTQ5, les jeunes issus de groupes ethnoculturels, les jeunes autochtones et les jeunes handicapés. Les jeunes LGBTTQ5 sont sous-représentés parmi les jeunes pris en charge par les sociétés d’aide à l’enfance. Ces jeunes sont une minorité invisible et souvent oubliée, pour qui l’adolescence et la transition vers l’âge adulte peuvent être particulièrement difficiles. À l’inverse, les jeunes autochtones sont surreprésentés au sein du système de bien-être de l’enfance à travers le Canada. Toutes proportions gardées, leur nombre est nettement supérieur au nombre d’enfants non autochtones pris en charge. Les organisations travaillant avec des populations diversifiées doivent examiner et adapter le matériel et les activités des programmes de mentorat, de façon à s’assurer que les informations et les activités sont culturellement appropriées et offertes dans un contexte adapté à la culture. La recherche et l’expérience pratique soulignent l’importance d’adapter les programmes de mentorat en fonction des besoins, des situations et des cultures uniques de la population ciblée. vii

Enfin, il ne sera possible d’atteindre des résultats positifs uniquement si les jeunes vivent des relations de mentorat de haute qualité. La recherche et l’expérience pratique ont souligné l’élaboration de six normes fondamentales qui couvrent les différents aspects des programmes favorisant les bonnes relations de mentorat : le recrutement, la sélection, la formation, le jumelage, le suivi et le soutien et la clôture (décrits plus en détail ci-après). D'autres pratiques s’étant révélées efficaces auprès des enfants et des jeunes recevant ou ayant déjà reçu des services de protection de l’enfance doivent également s’ajouter à ces pratiques fondées sur des données probantes.


vii CWLA, 2006 - Best Practice Guidelines Serving LGBT Youth in Out-of-Home Care