Section 7 - Recrutement des mentors : Meilleures pratiques (a continué)

Meilleures pratiques de recrutement des mentors

pour les programmes desservant les jeunes étant ou ayant été confiés aux services de protection de l’enfance :

  • Deva_Zorina_stepswithball04_MRÉvitez les a priori négatifs et les stéréotypes. Insistez sur le fait que ces jeunes ne sont pas de mauvaises personnes, mais qu’un grand nombre d’entre eux sont pris en charge à cause de problèmes sociaux en dehors de leur contrôle. Les bénévoles potentiels pourraient être rebutés par une description stéréotypée comme « jeunes à risque », « jeunes placés » ou « jeunes impliqués dans le système d’aide à l’enfance ».
  • Soulignez les atouts des jeunes confiés au système de bien-être de l’enfance, en particulier leurs compétences sociales, leur autonomie et leur résilience face aux difficultés. Expliquez que le mentorat peut aider un jeune à renforcer ces forces grâce au soutien d’un mentor formé et du personnel du programme.
  • Pensez à recruter des mentors ayant des antécédents personnels similaires à ceux de leurs jeunes mentorés ou encore une certaine expérience dans les professions d’aide aux jeunes (p. ex., enseignants, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, policiers, etc.). Normaliser l’expérience de ces jeunes est aussi indispensable que d’acquérir des stratégies d’adaptation efficaces, et ces mentors pourront se servir de leur expérience personnelle.
  • Favorisez l’inclusion dans le recrutement en vous efforçant de sensibiliser proactivement les populations et en mettant intentionnellement l’accent sur l’augmentation de la diversité.
  • Envisagez de demander aux jeunes d’identifier leurs mentors naturels que vous pourriez contacter. De plus en plus de preuves tendent à démontrer que des résultats positifs pourraient être associés à la présence de relations favorisant la croissance avec des mentors naturels chez les adolescents pris en charge (Britner, Randall, & Ahrens, 2013). Contrairement aux mentors issus d’un cadre officiel ou d’un programme qui ne connaissent pas le jeune, les mentors naturels sont des adultes avec qui il a déjà tissé des liens.

Pour les jeunes pris en charge plus âgés en particulier, le mentorat naturel offre plusieurs avantages potentiels par rapport au mentorat cadré d’un programme. Tout d’abord, les jeunes placés hors du domicile familial ont invariablement vécu une perte et ont souvent des difficultés à tisser des relations de confiance. Par conséquent, le mentorat naturel s’appuie sur le fait que le jeune possède déjà certaines relations durables dans sa communauté d’origine et que ces relations durables peuvent être renforcées et améliorées. Puisque ces relations existent déjà, le jeune n’a pas à travailler pour établir et tisser un lien de confiance solide, ce qui représente souvent un défi pour lui. De plus, ces relations sont plus susceptibles de se poursuivre au fil du temps, car elles se sont constituées par elles-mêmes et non pas dans le contexte d’un mentorat structuré.

Deuxièmement, le mentorat naturel est, par définition, un processus contrôlé par le jeune et repose sur son pouvoir décisionnel à identifier ses mentors naturels. Entraînés dans un système où de nombreuses décisions importantes sont prises pour eux, les jeunes pris en charge se sentent souvent impuissants face à leur vie.

Le mentorat naturel redonne un sentiment de contrôle au jeune en lui permettant de choisir un adulte que lui considère comme important.

Troisième, le mentorat naturel peut être une approche plus adaptée aux adolescents pris en charge, car il cherche à renforcer leur réseau de soutien social existant plutôt que de leur imposer une relation extérieure de plus. Les jeunes pris en charge choisissent des adultes qui sont importants dans leur vie, au lieu de subir un jumelage potentiellement impersonnel.ix

Cependant, les mécanismes de soutien et d’entretien de ces relations naturelles doivent être officialisés et mis en œuvre afin de maximiser le potentiel du jeune et les divers rôles que les mentors peuvent jouer.


ix Natural Mentoring of Older Foster Care Youths — Behavioral Health Benefits by Johanna K. P. Greeson, PhD, MSS, MLSP; Allison E. Thompson, MSS, LSW; and Susan Kinnevy, PhD, MSW Social Work Today Vol. 14 No. 4 P. 10