7c2iii. Sélection - Sélection des mentors: Meilleures pratiques (a continué)

La stabilité et la constance

Ce qu’en dit la recherche :

La stabilité et la constance d’un mentor sont indispensables à l’établissement d’une relation de confiance. Quand un jeune peut compter sur un adulte autre que ses parents, cela entraîne de nombreux résultats positifs dans sa vie. À l’inverse, si le jeune vit une relation où l’adulte ne s’implique pas de façon stable ou constante, cela fait souvent naître chez le jeune une sensation d’éloignement, du ressentiment et un sentiment d’insignifiance, ce qui entraînera la clôture prématurée du jumelage, avec des conséquences désastreuses.

À prendre en compte lors de l’évaluation :
Le candidat est-il stable? Actuellement et dans un avenir proche? Le candidat comprend-il qu’il est nécessaire que son jumelage soit soutenu et supervisé? Des changements dans sa situation professionnelle pourraient-ils se produire sous peu? Le candidat aura-t-il du temps à consacrer au programme? La personne faisant passer l’entrevue doit aussi chercher à savoir si des problèmes de santé pourraient empêcher le candidat de respecter son engagement en tant que bénévole, aussi bien en termes de temps que de constance. Il faut poser des questions afin de savoir si le candidat a des maladies récurrentes ou un handicap chronique, s’il souffre d’une maladie mentale récurrente ou vit des problèmes émotionnels récents non résolus. Si le candidat n’est pas disposé ou ne veut pas parler de ses problèmes de santé (hésitation allant au-delà d’une simple gêne), cela devrait être considéré comme un avertissement. La personne faisant passer l’entrevue doit savoir clairement si le candidat sera assez stable pour offrir à l’enfant une présence stable et s’il a la capacité de le faire.

Les points à surveiller


L’attitude envers les enfants

Ce qu’en dit la recherche :

Certaines recherches préliminaires suggèrent que l’attitude d’une personne envers les jeunes de sa communauté reflète sa capacité à être un mentor. En règle générale, une attitude positive envers les jeunes et leurs expériences, leurs défis et leurs forces peuvent indiquer que le candidat sera capable d’être un mentor positif.

À prendre en compte lors de l’évaluation
La personne faisant passer l’entrevue doit cerner la personnalité du candidat, afin de déterminer s’il est capable de s’entendre avec les autres et de gérer positivement la frustration, la colère et les expériences difficiles. La personne faisant passer l’entrevue doit également s’assurer que le candidat a une conception saine d’une relation de jumelage. Elle doit également connaître l’attitude et les réactions du candidat envers les enfants et les jeunes et savoir s’il saura prendre en compte la vulnérabilité d’un enfant pris en charge et la vulnérabilité de sa famille, ainsi que les expériences de vie de l’enfant.

Les points à surveiller