7d2i - Sélection - Sélection du mentoré: Meilleures pratiques

Meilleures pratiques de sélection des mentorés

pour les programmes desservant des jeunes étant, ou ayant déjà été, confiés aux services de protection de l’enfance :

Faire une entrevue en personne avec les mentorés potentiels permet au personnel du programme de mentorat de recueillir suffisamment de renseignements pertinents et de déterminer l’admissibilité de l’enfant. Cela leur permet également de déterminer le type de mentorat qui répond le mieux à ses besoins et de le jumeler de façon à ce que la relation avec son mentor soit saine et produise des résultats. De plus, le processus d’entrevue favorise l’établissement d’un lien positif avec les tuteurs de l’enfant ou le personnel des services de bien-être de l’enfance, ce qui encouragera l’octroi du soutien adéquat, favorisera un jumelage réussi et permettra d’orienter le jeune au sein du programme et du mentorat. Par ailleurs, une entrevue impliquera le jeune et permettra aux personnes faisant passer les entrevues de comprendre clairement s’il souhaite réellement participer au programme.

Il est également essentiel de commencer à tisser une relation avec l’enfant. Le processus de sélection permet de rassembler des informations importantes sur le comportement et les relations actuels de l’enfant, du point de vue de son tuteur. Vous pourrez ainsi vous faire une idée de la façon dont l’enfant interagit avec les adultes, de ses traits de caractère et des activités qu’ils souhaiteraient faire, afin de vous permettre l’établissement d’une bonne relation avec un mentor.

Le processus de jumelage comprend plusieurs étapes, se déroulant sur une certaine période de temps. Dans certaines circonstances, cette période peut être assez longue. Puisqu’il est possible que certaines informations primordiales à la réussite du jumelage soient demandées six mois avant la date du jumelage, le personnel du programme de mentorat doit recueillir les informations « dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin ». Par exemple, les renseignements permettant de déterminer l’admissibilité de l’enfant diffèrent des renseignements qui permettront au personnel de créer un jumelage solide. Si le jumelage ne peut pas être effectué avant longtemps, il serait raisonnable de rassembler les informations nécessaires au jumelage plus près de la date du jumelage.

L’évaluation du jeune permettra également de déterminer les besoins et les forces de l’enfant pour 1) le jumeler à un mentor bénévole approprié, et 2) le jumeler au type de mentorat le plus en mesure de répondre à ses besoins et à ses forces. Tous les enfants ne suivront pas le même programme.


Motivation et attentes

En parlant à l’enfant de ce qui le motive à avoir un mentor, vous pourrez comprendre le type de mentorat qui correspondra le mieux à ses besoins et à ses attentes. Faire correspondre les attentes aux résultats attendus du programme est une excellente façon d’améliorer les chances que le jeune s’implique plus pleinement dans la relation de jumelage ou le programme. C’est le moment idéal de déterminer si le jeune et son tuteur sont admissibles au programme et peuvent remplir les responsabilités de leurs rôles.

À prendre en compte lors de l’évaluation :
La personne faisant passer l’entrevue doit comprendre pourquoi le tuteur souhaite que le jeune ait un mentor, ses attentes et la raison pour laquelle il fait la demande maintenant. Elle doit également comprendre pourquoi le jeune souhaite avoir un mentor et si ses motivations et ses attentes correspondent à celles du tuteur. Comprennent-ils bien le programme? Leurs attentes sont-elles raisonnables? Que retireront-ils de leur implication?


Les points à surveiller


Historique, personnalité et style relationnel de l’enfant

Les expériences vécues par le jeune au cours d’autres relations seront transférées à cette relation de mentorat. Le mentor devra gérer les séquelles des relations négatives que le jeune a connues. Les programmes de mentorat ayant le plus d’impact sont ceux où le jeune est capable de forger une relation avec des adultes autres que les membres de sa famille, mais qui, à cause des circonstances de leur environnement, n’ont pas de rôles modèles adaptés. Obtenir des renseignements sur l’historique, la personnalité et le style relationnel de l’enfant aidera à renforcer la relation avec le tuteur et le jeune et à former un bon jumelage.

Il est également utile de calculer le risque posé par l’admission du jeune (les difficultés environnementales et individuelles vécues par le jeune auront toutes une influence importante sur le succès du jumelage), de déterminer le genre de difficultés particulières que les mentors sont plus susceptibles de rencontrer et de définir le type de jumelage qui sera le plus utile au jeune. Certains jeunes pris en charge ont eu de si mauvaises relations avec les adultes qu’ils sont incapables de forger une relation de mentorat individuelle harmonieuse. Le mentorat de groupe par des adultes/pairs pourrait alors mieux convenir au jeune, puisqu’il n’aura pas à développer une relation trop étroite.

À prendre en compte lors de l’évaluation :
La personne faisant passer l’entrevue doit comprendre clairement la nature des relations importantes dans la vie du jeune et de ses relations actuelles avec sa famille. De plus, elle doit avoir une connaissance approfondie de l’historique familial et de la situation familiale actuelle du jeune pour évaluer sa stabilité, ses réseaux de soutien et ses conflits existants. Il est également préférable de comprendre la qualité et la dynamique des relations importantes dans la vie du jeune, afin de mieux évaluer les changements avec le temps. Enfin, il faut déterminer si l’enfant sait comment se comporter dans une relation avec des adultes en dehors de sa famille.


Les points à surveiller