AccueilNouvelles et événementsArchives des nouvellesSelon une étude, devenir mentor permet de cultiver le bonheur et l’optimisme et de voir le vieillissement d’un bon oeil de

Selon une étude, devenir mentor permet de cultiver le bonheur et l’optimisme et de voir le vieillissement d’un bon oeil de

Montréal, June 16, 2009 - La Compagnie d’assurance Standard Life du Canada a publié un sondage à l’échelle nationale qui permet de croire que, pour les adultes, la fontaine de jouvence se trouve dans le mentorat auprès des jeunes.

Mené par Ipsos Descarie, le sondage Indice jeunesse Standard Life visait à comparer l’attitude des bénévoles agissant comme mentors au sein des Grands Frères et des Grandes Sœurs à celle des Canadiens moyens. L’étude a clairement démontré que ces bénévoles sont non seulement plus heureux, mais qu’ils sont également plus énergiques et plus jeunes d’esprit, et qu’ils ont une perception plus positive du vieillissement que les autres Canadiens adultes.

Ce sondage est le point de départ de Osez redevenir un enfant, une campagne de recrutement à l’échelle nationale dirigée par Grands Frères Grandes Sœurs et la Standard Life visant à attirer 10 000 nouveaux bénévoles souhaitant devenir mentors auprès des jeunes au cours des 10 prochaines années.

Résultats du sondage : le mentorat est bon pour le mentor
La moitié des mentors interrogés (51 %) ont décrit leur vie comme étant « très heureuse », contre 29 % des Canadiens adultes de la population générale. Lorsqu’on leur a demandé s’ils étaient optimistes ou pessimistes face à la vie, 81 % des mentors interrogés se sont décrits comme optimistes, comparativement à 63 % chez les adultes ne faisant pas de mentorat auprès des jeunes.

Les réponses des mentors révélaient un esprit plus jeune
Les mentors étaient bien davantage portés à répondre affirmativement aux questions suivantes :
  • « J’ai autant d’énergie que par le passé » (52 % des mentors contre 37 % des Canadiens moyens) 
  • « En vieillissant, les choses vont mieux que je ne l’aurais pensé. » (78 % des mentors contre 58 % des Canadiens moyens) 
  • « Je suis aussi heureux maintenant que quand j’étais plus jeune. » (79 % des mentors contre 63 % des Canadiens moyens)

Par ailleurs, les Canadiens qui ne faisaient pas de mentorat avaient plus tendance à croire que les choses empirent à mesure que l’on vieillit, et ce, dans une proportion environ deux fois plus grande que les Grands Frères ou Grandes Sœurs (44 % contre 20 %, respectivement). Le pourcentage des personnes se jugeant moins utiles en vieillissant était environ trois fois plus élevé parmi les Canadiens moyens adultes que chez les mentors (19 % contre 6 %).

« Grâce à cette étude et à la campagne Osez redevenir un enfant, la Standard Life confirme la thèse voulant que le fait de devenir mentor auprès d’un jeune soit la clé du bonheur personnel et du mieux-être, déclare Bruce MacDonald, président et chef de la direction de Grands Frères Grandes Sœurs du Canada. Il n’y a pas de meilleure façon d’illuminer sa vie que de passer quelques heures par semaine avec un jeune en tant que grand frère ou grande sœur. Vous changerez les choses dans sa vie et retrouverez le plaisir de l’enfance. »

Le rôle de la Standard Life : au-delà du soutien financier
Osez redevenir un enfant fait partie d’un engagement significatif de la Standard Life pour aider Grands Frères Grandes Sœurs du Canada à faire face à une grave pénurie de mentors.

Au Canada, la demande de mentors auprès des jeunes dépasse largement le nombre de bénévoles disponibles. En ce moment, plus de 10 000 enfants sont inscrits sur les listes d’attente des agences régionales de Grands Frères Grandes Sœurs, et certains devront peut-être attendre jusqu’à deux ans. Il est reconnu que les services de mentorat des Grands Frères Grandes Sœurs permettent de réduire l’intimidation, l’absentéisme et le décrochage scolaires et la consommation de drogues.

En plus d’apporter son soutien financier, l’entreprise a également l’intention de faire avancer la cause du mentorat auprès des jeunes en faisant appel à ses employés et à son réseau de partenaires, que ce soit pour devenir mentor, faire un don, recueillir des fonds pour la campagne de recrutement ou promouvoir le mentorat.

La campagne de recrutement passera à une vitesse « grand V » vers la fin d’août et le début de septembre, grâce à une campagne publicitaire menée à l’échelle nationale et à une série d’activités de collecte de fonds organisées par la Standard Life et Grands Frères Grandes Sœurs du Canada.

« Osez redevenir un enfant vise à canaliser l’énergie des gens pour provoquer une différence significative dans la vie des jeunes Canadiens, déclare Joseph Iannicelli, président et chef de la direction de la Standard Life. Nous demandons à tous les Canadiens de songer à s’investir afin de s’assurer que notre jeunesse reçoive l’encadrement dont elle a besoin pour réussir dans la vie. Comme notre sondage le démontre clairement, les mentors en retirent aussi de grands bénéfices. »

Pour en apprendre davantage sur la campagne Osez redevenir un enfant et savoir comment devenir grand frère ou grande sœur, les gens peuvent consulter le site www.osezredevenirunenfant.ca.  

Méthodologie
Le sondage Indice jeunesse Standard Life a été mené par Ipsos Descarie entre le 27 mai et le 4 juin 2009, par l’intermédiaire du panel national en ligne d’Ipsos Reid, auprès d’un échantillon de 2 050 Canadiens de 18 ans et plus. Les résultats du sondage sont basés sur un échantillon établi au moyen de méthodes d’échantillonnage par quotas et de pondération afin de tenir compte de la démographie et de s’assurer de refléter la population canadienne réelle, selon les données du recensement. L’échantillonnage par quotas et la pondération utilisés pour le panel en ligne d’Ipsos visent à fournir des résultats qui devraient s’approcher de ceux que fournirait un échantillon aléatoire. Les marges d’erreur statistique ne s’appliquent pas aux sondages en ligne. Toutefois, un échantillon non pondéré de cette taille, avec un taux de réponse de 100 %, aurait une marge d’erreur estimée de +/-2,2 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Dans le cadre du sondage, on a également interrogé 752 grands frères et frandes sœurs bénévoles. Un échantillon non pondéré de cette taille, avec un taux de réponse de 100 %, aurait une marge d’erreur estimée de +/-3,6 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

À propos de la Standard Life
Avec 2 000 employés œuvrant à son siège social de Montréal et dans d’autres centres d’affaires importants un peu partout au Canada, la Compagnie d’assurance Standard Life du Canada fournit des services de gestion d'actif dans les domaines de la retraite, des placements et de l’assurance à 1,3 million de Canadiens, y compris aux participants de régimes d’assurances et de retraite collectifs. La société est membre de Standard Life plc, un groupe international majeur de services financiers dont le siège social est situé en Écosse. www.standardlife.ca

À propos de Grands Frères Grandes Sœurs du Canada
Grands Frères Grandes Sœurs du Canada est le plus grand organisme de mentorat destiné aux jeunes au pays, qui fournit des services de mentors adultes à plus de 26 000 enfants. Grands Frères Grandes Sœurs du Canada dispose en ce moment de 140 agences dans plus de 1 000 collectivités. Mais beaucoup reste à faire, car certains enfants doivent attendre jusqu’à deux ans pour être jumelés à un grand frère ou à une grande sœur. www.grandsfreresgrandessoeurs.ca

- 30 -


Note aux rédacteurs : Des résultats de recherche régionaux de sont disponibles sur demande.

Renseignements :

Ann-Marie Gagné
Directrice, communications externes et affaires publiques
Standard Life
514-499-7999, poste 4600
standardlife.ca