AccueilNouvelles et événementsLes travailleurs canadiens attribuent des notes médiocres aux entreprises par rapport au service communautaire

Les travailleurs canadiens attribuent des notes médiocres aux entreprises par rapport au service communautaire

18 juin 2013

Près de huit employés canadiens sur dix participeraient à des projets communautaires organisés par leur entreprise si leur employeur accordait du temps pour prendre part à des activités bénévoles.


Toronto, le 18 juin 2013
– Les deux tiers des travailleurs canadiens (c’est-à-dire 67 %) estiment que leur entreprise devrait en faire davantage pour soutenir les communautés, selon ce que révèle une nouvelle étude nationale réalisée à la demande des Grands Frères Grandes Sœurs du Canada.

Cette étude, réalisée par Ipsos Reid, révèle que les employés jugent leur entreprise comme n’étant pas engagée envers le service communautaire. De plus, près de huit répondants sur dix (soit 87 pour cent) s’entendent pour dire que les dirigeants d’entreprises devraient promouvoir l’engagement civique de manière plus proactive.

Parmi les individus sondés, seulement 23 % ont répondu avoir déjà participé à un projet ou un événement communautaire commandité par une entreprise. Pourtant, 77 pour cent ont affirmé qu’ils y participeraient si leur employeur offrait du temps de congé pour les activités bénévoles. Près de huit répondants sur dix (77 pour cent) ont aussi énoncé qu’ils souhaitaient que leur entreprise propose des programmes de congé et d’autres mesures incitatives encourageant le bénévolat.

« De toute évidence, les travailleurs canadiens veulent que leur employeur soit engagé sur le plan civique et les aident à redonner à leur communauté », énonce Bruce MacDonald, président et chef de la directi on de Grands Frères Grandes Sœurs du Canada. « Cette étude suggère fortement que le taux d’implication bénévole des travailleurs monterait en flèche si un plus grand nombre d’entreprises offraient des mesures incitatives visant à encourager les employés à faire du bénévolat. Imaginez l’impact sur les communautés canadiennes si on observait une hausse du taux d’implication bénévole. La valeur sur le plan sociétal serait énorme ».

Les entreprises offrant des incitatifs sont minoritaires

  • 19 pour cent des employés sondés ont rapporté que leur employeur leur permet de prendre congé pour faire du bénévolat.
  • 12 pour cent ont énoncé que leur entreprise offre des programmes de « microbénévolat », une forme d’engagement civique commanditée par les entreprises permettant aux employés de prendre du temps en dehors du travail pour travailler sur un projet communautaire en équipe.
  • 20 pour cent ont indiqué que leur employeur verse des contributions correspondant aux temps ou dons donnés par leurs employés.
Une forte majorité de travailleurs canadiens estime que les entreprises retirent des bénéfices économiques de la mise en œuvre de politiques en matière d’engagement civique. Quatre-vingt-deux pour cent des répondants sondés ont affirmé que les entreprises qui priorisent l’engagement civique de leurs employés bénéficient du moral à la hausse des employés, de la productivité accrue des effectifs et d’une fidélité de leur clientèle renforcée.

La vaste majorité des répondants (soit 81 pour cent) estime que d’offrir du temps de congé pour permettre aux employés de faire du bénévolat forge le sentiment de fierté des employés et permet aux entreprises d’attirer et de retenir plus facilement les meilleurs employés. De plus, plus de huit travailleurs canadiens sur dix (85 pour cent) croient que les entreprises devraient encourager leurs employés à maintenir un équilibre sain entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle par l’entremise de la participation à des programmes de bénévolat mis en œuvre par l’entreprise.

« Les mesures incitatives encourageant le bénévolat qui sont mises en œuvre par les employeurs sont une force puissante pour le bien commun », déclare MacDonald. « Si, à grande échelle, les entreprises offraient la possibilité à leurs employés de prendre congé pour participer à des activités bénévoles, Grands Frères Grandes Sœurs, qui compte sur des bénévoles, serait en mesure d’aider des centaines d’enfants et d’adolescents qui attendent d’être jumelés à un mentor bénévole. Cela renforcerait considérablement la capacité de tous les organismes communautaires qui existent grâce à l’engagement de bénévoles ».

Avantages du mentorat sur le plan civique
  • Près de neuf travailleurs canadiens sur dix (88 %) ont affirmé que les individus qui bénéficiaient de la présence d’un mentor démontrant un engagement civique étaient plus susceptibles de redonner que les individus n’ayant aucun modèle dans leur vie.
  • La moitié des individus sondés (50 %) a indiqué avoir bénéficié de la présence d’une personne qui les a inspirés à s’impliquer à titre bénévole dans la communauté.
  • 61 pour cent des individus sondés qui bénéficiaient de la présence d’un mentor ont affirmé que cette personne les avait inspirés à redonner à leur communauté à l’âge adulte.
  • 27 pour cent ont affirmé qu’une personne modèle au travail avait été une source d’inspiration qui les a motivés à faire du bénévolat.
Méthodologie
Le sondage Ipsos Reid a été effectué entre le 8 et le 14 mai 2013. Un échantillon de 1 143 travailleurs canadiens (n’étant pas travailleurs autonomes) du panel en ligne canadien d’Ipsos a été questionné en ligne. L’échantillon a été pondéré pour équilibrer les données démographiques afin de s’assurer que la composition de l’échantillon reflète celle de la population adulte, et génère des résultats représentatifs de l’ensemble de la population. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est calculée à l’aide d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, le sondage est exact à ± 3,3 points de pourcentage si tous les Canadiens avaient été sondés.

À propos de Grands Frères Grandes Sœurs du Canada
Depuis 100 ans, Grands Frères Grandes Sœurs a une incidence positive dans la vie des jeunes de notre pays en développant et en mettant en œuvre un vaste éventail de programmes de mentorat. Les mentors bénévoles des GFGSC montrent par l’exemple l’importance de redonner, de rester à l’école et de respecter ses pairs et les membres de sa famille et de la communauté.

Grands Frères Grandes Sœurs du Canada, une organisation communautaire de mentorat pour les jeunes, offre des services de mentorat de qualité à plus de 33 000 enfants et adolescents. Plus de 25 000 bénévoles œuvrent présentement au sein des 123 agences qui servent les enfants de plus de 1 000 communautés de part et d’autre au pays. Apprenez-en davantage en visitant www.grandsfreresgrandssoeurs.ca.