AccueilNouvelles et événementsIntervenir pour enrayer l'intimidation

Intervenir pour enrayer l'intimidation

18 novembre 2013

Du 17 novembre au 23 novembre, les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada se joindra à des milliers de Canadiens dans le cadre de la Semaine nationale de prévention et de sensibilisation à l’intimidation.

 


En début de 2012, les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada a mené le sondage Intervenir pour enrayer l’intimidation à travers le Canada. Les résultats ont démontré fortement que des mesures de soutien devraient être mises en œuvre afin de réduire l’intimidation et ses effets nuisibles sur nos communautés.

Selon les résultats d’un sondage à l’échelle nationale commandé par les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada (GFGSC), une forte majorité de Canadiens (78 pour cent) croient qu’il manque de ressources pour contrer l’intimidation au sein de leurs communautés.

 

Trois quarts des Canadiens sondés (76 pour cent) pensent que des lois contre l’intimidation plus sévères et l’application plus stricte de ces lois sont des mesures efficaces pour réduire l’intimidation. Quatre-vingt-quatorze pour cent des répondants estiment aussi que les enseignants et les cadres des écoles partagent la responsabilité de prévenir l’intimidation.

De plus, 87 pour cent des Canadiens croient que de jumeler un mentor bénévole aux enfants et aux adolescents qui intimident leurs pairs est une intervention efficace.

Une des raisons expliquant pourquoi les Canadiens se sentent si concernés par l’intimidation est que 59 pour cent des individus interrogés affirment en avoir été victimes pendant leur enfance ou leur adolescence. De plus, 45 pour cent d’entre eux estiment avoir souffert de dommages durables.

Constatations clés :

  • Parmi les Canadiens victimes d’intimidation, 72 pour cent ont affirmé que l’on s’est moqué d’eux d’une manière destinée à les humilier;
  • 71 pour cent ont été victimes de violence verbale et ont fait l’objet de railleries;
  • 43 pour cent ont été giflés, poussés, frappés ou battus ;
  • 5 pour cent ont été ridiculisés ou humiliés en ligne.
  • 42 pour cent des Canadiens victimes d’intimidation estiment qu’ils auraient bénéficié de la présence et du soutien d’un mentor bénévole, comme une Grande Sœur ou un Grand Frère.
  • Parmi les Canadiens victimes d’intimidation affirmant avoir souffert de dommages durables, les effets nocifs indiqués incluent le manque de confiance (69 pour cent), une faible estime de soi (53 pour cent), la dépression (29 pour cent), la difficulté à maîtriser leur colère (23 pour cent) et la contre-performance scolaire (20 pour cent).
  • Des interventions à l’école visant à enrayer l’intimidation sont perçues comme étant des mesures de dissuasion efficaces par 90 pour cent des Canadiens.
  • 92 pour cent des Canadiens croient que la pression des pairs exercée par ceux qui sont témoins de gestes d’intimidation ou en entendent parler est une intervention efficace.
  • 90 pour cent des répondants estiment également que l’intervention des parents pour protéger leur enfant ou mettre fin à la violence dont il est victime est une mesure efficace.
  • Des campagnes de sensibilisation s’adressant aux enfants et aux adolescents ayant pour objectif de les encourager à ne pas intimider et à intervenir quand ils sont témoins de gestes d’intimidation sont perçues comme étant des initiatives efficaces par 84 pour cent des Canadiens.
  • Des campagnes sur l’Internet visant à identifier et décourager les jeunes qui intimident sont perçues comme des mesures dissuasives efficaces pour prévenir ou réduire l’intimidation par 72 pour cent des répondants.

Les BBBSC arrive au terme des célébrations de son 100e anniversaire et de sa campagne de sensibilisation du public. La campagne qui s’est déroulée toute l’année visait à donner aux Canadiens une nouvelle vision de la valeur sociétale du mentorat des jeunes.

Les divers services de mentorat des jeunes fournis par les bénévoles des Grands Frères et des Grandes Sœurs se sont révélés être un moyen efficace pour réduire l’intimidation et d’autres comportements négatifs reliés à ce problème comme le manque d’intérêts pour les études, l’absentéisme scolaire, une faible estime de soi et la consommation d'alcool et de drogues.

Le sondage a été commandé par les Grands Frères Grandes Sœurs dans le but de mobiliser les Canadiens afin de contrer l’intimidation dans leurs communautés.

Les Canadiens qui souhaitent avoir un impact pour enrayer l’intimidation peuvent également communiquer avec leur agence locale des Grands Frères Grandes Sœurs afin d’obtenir des renseignements sur les programmes de mentorat et les événements locaux.

Pour obtenir des renseignements concernant les programmes de mentorat des Grands Frères Grandes Sœurs >

Pour chercher une agence des Grands Frères Grandes Sœurs du Canada près de chez vous >